15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 21:51

 

 

 

 

 

Générateur à hydrogène pour tout type de moteur thermique avec ou sans
turbo .
Voici un modèle expérimental de générateur d'hydrogène ou électrolyseur qui permet de produire de
l'hydrogène a partir d'eau déminéralisé et quelque grammes de carbonate de potassium ou de
l'hydroxyde de potassium .
Pour ma part je me sert de carbonate de potassium , environ six grammes par litres d'eau .
J'ai trouvé ce produit chez mon pharmacien .ils existe également dans la panoplie de développement
de photos argentique.
Celui ci fonctionne également avec du vinaigre blanc pur ,quoi que le rendement soit assez
médiocre , mais je pense que pour des moteurs de petite cylindrée , il devrait suffire .
Dans le domaine qui me concerne , je l'ai conçu de façon a améliorer la combustion du carburant
essence ou diesel .
Il fonctionne pour tout type de moteur a condition d'avoir une source d'alimentation électrique pour
permettre l'électrolyse .
La tension entre chaque plaques ne doit pas dépasser 2 volts , le surplus sera dissipé sous forme de
chaleur et diminuera donc le rendement.
À chaud la cellule monte a une température de 40 ° maximum la moyenne étant de 30 a 35 °
La production de gaz sera fonction de la cylindrée du moteur , compter 1⁄4 à 1⁄2 fois la cylindrée .
Par exemple pour un moteur d'un litre de cyl. Il faut de 1⁄4 à 1⁄2 litre de gaz à la minute pour une alim.
De 15 amp sous 13v de tension .

je tourne a 15 amp sur route et 18 20 amp sur autoroute .

Il faudra trouver un équilibre entre la surface ,le nombre de plaques neutre et alimentées et le
dosage de l'additif dans l'eau .
Attention , il est impératif de n'utiliser que de l'eau déminéralisé sinon le calcaire contenu dans de
l'eau minéralisé se déposera sur les plaques lors de l'électrolyse et donc neutralisera celle ci .
Une bonne moyenne de surface des plaques sera d'environ 150 à 200 cm carré .
De l'inox de qualité 304 L ou mieux du 316 L conviendra pour réaliser les plaques de la cellule .
Pour la visserie inox A2 ou A4 . attention , lors de l'achat contrôlez bien la qualité ,la longévité du
matériel en dépend .inox magnétique a proscrire .
Sur les photos vous avez deux cellules de surface différente .à gauche les plaques font 90 x 110 mm
et à droite 90 x 190 mm que j'utilise actuellement pour un moteur six cyl 2,4 l diesel .
Avec la première série de plaque j'étais à 20 % d'économie de carburant ceci réduit également la
pollution , moins de résidu dans l'huile et espacement des vidanges .
Sur mon moteur , l'alimentation se fait sur la batterie via un relais qui s'ouvre à partir de
l'électrovanne de la pompe à injection .la régulation s'effectue par un modulateur pulsé .contrôle
visuel sur un galvanomètre de 0 à 30 amp. Le réglage se fait manuellement par le potentiomètre
prévu a cet effet .

l'économie est actuellement de 25 a 30 % sur route et 40% sur autoroute a vitesse stabilisée .
je ne l'ai pas encore essayer sur un groupe électrogène en l'alimentant en alternatif .
Le gaz est envoyé directement a l'admission , il n'y a donc aucun stockage , donc pas de risque
d'explosion .prévoir un clapet anti-retour basse pression (200 gr.) entre la cellule et l'admission par
sécurité .

aujourd'hui l'électronique embarquée étant présente sur la plus grande partit des véhicules , sonde lambda et autre

un appareil suplémentaire sera necessaire pour les véhicule récent

 

un site que je vous conseille avec des partages fort intéressant de nombreux expérimentateurs .

le partage est la clef de voute de notre société aujourd'hui , afin de faire de faire évoluer les consciences .

 

j'ai créé ce topic afin de partager mes expériences .le nombre de visites étant importantes , il devient difficile de

faire le tri , c'est pour cette raison que j'ai créé ce blog .

  chercher dans la liste Daniel81

 

http://www.generateurhho.com/forum

 

 

http://www.generateurhho.com/conseils-technique-truc-astuces/y-a-til-des-modifications-et-reglages-a-faire

 

 

 

 

premier modèle de plaque que j'ai réalisé en inox 304 L de 90 par 110 mm qui conviendrait mieux pour un moteur de petite cylindrée

 

http://i26.servimg.com/u/f26/12/96/36/91/hpim5810.jpg

 

 

 

 

 

 

http://i26.servimg.com/u/f26/12/96/36/91/hpim5814.jpg

 

modèle de plaque ( 200 x 90 mm ) actuellement sur le véhicule . 25 plaques . -- nnnnn + nnnnn - nnnnn + nnnnn -

( n  neutre ) 5 plaques neutre entre chaque polarité pour abaisser la tension . celle si bien quelle soit toute isolée l'une de l'autre agisse par capacitance de la même façon qu'un condensateur a air .

les plaques sont bloquées par 4 vis M5 enfilée dans un tube pvc ou polyamide diamètre 8 extérieure .

une rondelle diam. 6.4 x 18 x 1.6 est superposée comme entretoise entre chaque plaques

http://i26.servimg.com/u/f26/12/96/36/91/hpim5910.jpg

 

pas facile de trouver une place pour ce genre d'accessoire

 

http://i26.servimg.com/u/f26/12/96/36/91/hpim5811.jpg

 

  le clapet anti retour est un senga ( obligatoire en cas de retour de flamme )

voici dessous le lien de téléchargement du pdf

 

http://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&ved=0CE0QFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.senga.fr%2Fpdf%2FG.pdf&ei=GEwRT8zxHMrb8gPJksDqAw&usg=AFQjCNE66p5trt8dT0Xq31HXMWur_DevdA&sig2=nkWsywUO-_MVkiyBdybyWw

 

page 19


  le clapet  vissé sur deux raccords 1/4 gaz mâle diam. 8 mm 

les raccords inox étant hors de prix , j'ai monté des raccords en laiton chromé .

 

http://i46.servimg.com/u/f46/12/96/36/91/clapet10.png

 

vis inox de M14 percée à 6mm dont une partit a été réduite sur 20 mm  pour le passage tube pvc cristal armé 

et le tout monté sur la durite d'admission avec deux rondelles intérieur et extèrieure.

 

http://i26.servimg.com/u/f26/12/96/36/91/hpim5812.jpg

 

 

 le montage passant par un relais , la borne 86 branché sur l'entrée de l'électrovanne de la pompe a injection diésel ou l'alimentation de la bobine pour une véhicule essence avec un intérrupteur de secours au taleau de bord . de cette façon la cellule ne produira du gaz uniquement que quand le moteur tourne . 

 

hho wiring

 

implantation des composants

 

Selection_033-copie-2.png

 

  liste des composants

 

---  ---------           -----              
Resistors
---------

 

1    R1                  100k                
7    R2,R4-R9            10k                 
1    R3                  15k                 
1    R10                 1k                  
 
Capacitors
----------
2    C1,C2               100nF               
2    C3,C4               100uF               
 
Integrated Circuits
-------------------
1    U1                  LM324               
 
Transistors
-----------
1    Q1                  BC337               
1    Q2                  BC327               
2    Q3,Q4            P80NF55             
 
Diodes
------
1    D1                  1N4148              
 
Miscellaneous
-------------
4    J1-J4               TERMINAL     = double cosse     Faston ou fil 2,5² soudé  
1    RV1                 47k                  = potentiomètre linéaire
1    STRAP               strap            = strap isolé 

 

 

 

 

le circuit intégré est un modèle classique , ce qui est important c'est la qualité des transistor mofset    P80NF55  .
ce sont eux qui encaissent toute l'intensité . vous remarquerez qu'une piste de chaque transistor est plus large , pensez a bien charger en étain ces deux pistes.

 

 

http://i26.servimg.com/u/f26/12/96/36/91/hpim5813.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://i46.servimg.com/u/f46/12/96/36/91/schama10.png

j'ai retrouvé un imprimé du schéma ou ont été remplacé les R2 R5 R6 R9 10 K PAR des 15K et ,

la R8 de 10K par une 5.6 k .
les valeurs R1 R3 ET R4 +C1 sont a respecter.

pour agrandir le schéma au besoin  " ctrl+ "

 

montage du circuit dans un boitier d'alimentation de PC de récupération ainsi que le ventilateur et le radiateur du processeur .

 

http://i26.servimg.com/u/f26/12/96/36/91/hpim5815.jpg

 

 

typon du crcuit imprimé du régulateur de tension  58x42 mm

attention au sens du circuit pour insoler le cuivre , l'inscription PWM sert de détrompeur .

 

Selection_031.png

 

 


le typon ainsi que le reste de la partie électronique du pwm qui est sur le blog a été conçu et créé en collaboration avec un ami ingénieur en électronique a la retraite et n'a aucun copyright.

l'ensemble est un modèle expérimental que j'ai mis en partage .

 

 

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

projet d'une cellule sèche 11 plaques  - nnnn+nnnn-  en cours de réalisation,

 

 

 

 

 

 

http://i46.servimg.com/u/f46/12/96/36/91/hpim6410.jpg

 

http://i46.servimg.com/u/f46/12/96/36/91/hpim6411.jpg

 

http://i46.servimg.com/u/f46/12/96/36/91/hpim6322.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dans l'attente de la suite des réalisations , je vous propose si vous n'êtes pas bricoleur le kit de Christian et de sa boutique .


http://boutique.generateurhho.com/kit-complet-dry-cell/kit-complet-dry-cell-9-plaques-hydrogys-100-9

 

je n'ai rien a y  gagner , c'est juste pour vous faciliter la tâche si vous ne disposez pas  de moyen matériel  .

 

voici un copier coller des infos que j'ai reçu par mail ces jours dernier de sa part que je vous fait partager .




Vous recevez ce message parce que vous vous êtes inscrit pour recevoir le ebook "Tout savoir ou presque sur le HHO". Si vous ne souhaitez plus recevoir de message de notre part, désinscrivez vous en suivant le lien ( en anglais ) en bas de cette page.

 

Vous allez recevoir au fil du temps des infos plus approfondies que dans le ebook, sur chaque organe qui compose un kit HHO, générateur, réservoir, bulleur, relai, etc.... Et aussi des conseils pour l'utilisation courante de votre kit HHO ainsi que des infos qui pourront peut être vous aider à résoudre les prohttp://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&ved=0CE0QFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.senga.fr%2Fpdf%2FG.pdf&ei=GEwRT8zxHMrb8gPJksDqAw&usg=AFQjCNE66p5trt8dT0Xq31HXMWur_DevdA&sig2=nkWsywUO-_MVkiyBdybyWwblèmes qui se posent parfois sur une installation.

Aujourd'hui, je vous propose de parler de la pièce maîtresse d'un kit : Le générateur aussi appelé cellule.

Comme vous l'avez lu dans le ebook, il y a plusieurs types de générateurs. Mais force est de reconnaître qu'actuellement le design le plus utilisé est la dry cell. Ce n'est pas étonnant, la dry cell rassemble, quand elle est bien conçue, beaucoup d'avantages par rapport aux autres designs.
J'ai donc choisi de vous parler de ce type de générateur. Loin de moi l'idée d'ignorer les autres générateurs, mais, très sincèrement, d'un point de vue pratique, je ne conseillerai à personne d'investir ( aujourd'hui ) dans un autre genre de générateur. Et je ne dis pas ça parce que je fabrique des dry cell! Non ce serait plutôt le contraire.... Je fabrique des dry cell parce que je suis convaincu que c'est ce qu'il y a de mieux et de plus pratique aujourd'hui.  

Je vais vous énumérer les avantages de la dry cell, mais attention, on parle bien sur ici d'une dry cell construite intelligemment! Rappelez vous que le HHO est un domaine non industrialisé, ça implique que vous allez trouver sur le marché, le pire comme le meilleur, sans pouvoir forcément faire la différence. Alors on va essayer d'éclaircir un peu tout ça. Voyons d'abord les avantages d'une dry cell digne de ce nom :

1-Elle diminue les problème de surchauffe

Un des principes fondammentaux des cellules à plaques, c'est de réduire les risques de surchauffe qui provoquent une évaporation rapide de l'eau, un remplissage rapide et intempestif du bulleur, voir une détérioration du générateur.
Pour l'électrolyse dans une dry cell on a besoin, entre chaque plaque, de 2.5 à 3 volts. Vous lirez ici ou là qu'on a besoin de 1.24Volt pour electrolyser de l'eau, c'est peut être vrai en théorie et sous certaines conditions, mais dans un générateur HHO en dessous de 2.5 volts, il ne se passe pas grand chose, et ça ce n'est pas de la théorie, mais le résultats de nombreux tests réels !
Généralement sur les moteurs on a 12 ou 24 volts, et même un peu plus, c'est donc beaucoup trop pour l'électrolyse, et c'est ce qui provoque la surchauffe des dry cell mal concues ou des Mason Jar par exemple.
Un autre type de cellule est parfois trompeur : la wet cell, ici on a aussi des plaques mais elles sont plongées dans l'eau... Le problème c'est que le courant électrique, bien souvent passe directement entre la plaque + et la plaque -. Alors là ce n'est plus un générateur HHO mais une bouilloire! Ca n'arrive pas avec une dry cell.

La dry cell divise le voltage par le nombre d'intervales entre le + et le - et réduit donc considérablement l'échauffement du générateur. Si en plus la dry cell est placée à l'endroit idéal, c'est à dire entre la calandre et le radiateur, elle ne chauffe quasiment pas, et en cas d'emcombrement de la circulation elle bénéficie du courant d'air apporté par les ventilateurs.

2-Elle augmente la production de HHO pour le même ampérage

Toujours une question d'agencement des plaques, le nombre d'intervales entre le + et le - est un facteur multiplicateur pour la production de gaz. La limite étant bien sur le voltage disponible. C'est pour ça qu'une cellule 12 volts n'est pas connectée de la même façon qu'une 24 volts.La plupart des cellules ont un nombre de plaques fixe, d'autres peuvent être connectées de différentes façons. L'avantage de ces dernières c'est de pouvoir s'adapter aux conditions extérieures et à des voltages différents, voir exemple avec cette celulle dans la boutique : Cellule H100

3-Elle augmente l'autonomie

Du fait que c'est l'eau qui circule pour aller du générateur au réservoir et du réservoir au générateur, on a pas besoin de rajouter de l'eau, comme dans une wet cell, chaque fois que le niveau baisse un peu et découvre les plaques. C'est tout bête mais ça permet de rouler! Tant qu'il y a de l'eau dans le sytème c'est bon, les plaques sont correctement alimentées en eau.
Bon, il ne faut quand même pas laisser baisser exagérément, ça modifie le réglage en ampérage et on se retrouve avec des problèmes de surchauffe dus à la moindre quantité d'eau dans le circuit. Mais quand même l'autonomie est bien supérieure à celle des wet cell.
Une autre façon d'augmenter l'autonomie c'est d'utiliser un PWM, mais ça c'est une autre histoire, qu'on abordera dans une autre lettre.

4-Une dry cell digne de ce nom est robuste et fiable.

Du fait des matériaux et du type d'électrolyte employés, la dry cell se présente comme un des types de générateur les plus solides et les plus durables.
L'usure des plaques en utilisation normale est de l'ordre de 1 à 2 microns par an... Autant dire qu'à l'échelle d'une vie humaine, c'est presque une éternité!

5-La fréquence des opérations de maintenance est largement diminué et aussi beaucoup plus facile


La liste pourrait être plus longue mais, je crois que j'ai énuméré les principaux avantages d'une dry cell.

Regardons maintenant les quelques pièges à éviter.

Les matériaux:

-Les plaques métalliques doivent ëtre en acier inoxydable de qualité 316L. Si la qualité est inférieure le générateur va s'encrasser immédiatement et donner lieu à une coloration importante de l'eau et une formation de dépôt boueux. Très rapidement le générateur ne fonctionnera plus.

-Les plaques extérieures doivent être dans un matériau solide qui garde une petite souplesse pour éviter de casser à cause des contraintes exercées par les points de fixations.
A proscrire les cellules transparentes. C'est très attrayant parce qu'on voit ce qui se passe dedans, mais généralement assez peu solide.
Evitez aussi les cellules avec des plaques extérieures métalliques qui peuvent être source de court circuit dans certaines circonstances.

La conception :

-Les plaques doivent être connectées de façon idéale par rapport au voltage disponible.Je n'entrerai pas dans les détails mais disons que, pour du 12 volts, 3 ou 4 plaques neutres entre le + et le - semble être l'idéal.

-Evitez de tomber dans la "course au plaques". Beaucoup de marchands vont essayer de vous dire que leur générateur est mieux que celui des autres parce-qu'il a + de plaques.... C'est nimporte quoi! Le nombre de plaques n'est pas à lui seul un critère suffisant pour dire que tel ou tel générateur est mieux qu'un autre. Il faut aussi considérer, la taille, l'épaisseur, et la façon ( plus ou moins intelligente ) dont les plaques sont connectées entre elles.
Pour comprendre je vous dirai que en 12 volt, si vous consommez 10 ampères, avec une cellule de 6 plaques vous aurez environ 0,5 litre de gaz HHO/minute. Avec une 11 plaques, vous aurez aussi 0,5 litre de gaz HHO/minute. Avec une 16 plaques, vous aurez aussi 0,5 litre de gaz HHO/minute.Avec une 21 plaques, vous aurez aussi 0,5 litre de gaz HHO/minute.... Etc, etc...
Ok?
Ce n'est pas le nombre de plaques qui détermine la quantité de gaz produite mais l'intensité du courant appliquée.
Bien sur, plus il y a de plaques, plus vous pourrez demander une production importante de gaz avant que la cellule se mette à chauffer exagérément. Mais si vous voulez + de gaz, il faudra augmenter l'ampérage. En 12 volts, pour avoir 1 litre/minute il vous faudra environ 20 ampères, que la cellule aie 6,11,16,21, ou tout ce que vous voulez comme plaques!
Quand on sait que pour un moteur de 2litres on a besoin de environ 0.4 à 0.8 litres/minutes pourquoi avoir une 21 plaques ?

-Attention aussi à la taille des plaques. Une cellule plus grande aura besoin de moins de plaques pour éviter de chauffer, donc en comparant la taille des plaques, une 21 plaques pourra se retrouver moins intéressante qu'une 11 plaques.....
En résumé, choisissez une cellule qui est capable de produire la quantité de gaz dont vous avez besoin.


Bon, je crois que vous en savez déjà pas mal. Si vous voyez des choses à rajouter, n'hésitez pas à me les proposer.
Dans la prochaine lettre je vous parlerai du réservoir.

A bientôt.

Christian.

A priori pas de quoi se mettre la rate au court bouillon dans le choix d'un réservoir pour une dry cell. Et c'est vrai, qu'y-a-t'il de plus simple qu'un réservoir d'eau ?
Rien de bien compliqué, tout ce qu'on lui demande c'est de contenir de l'eau, avec un peu d'électrolyte dedans.
Mais faites quand même attention à quelques petits détails très basiques, et choisissez le aussi pour son adaptation à votre configuration.

Il y a aussi quelques détails à vérifier en fonctionnement.

La taille:

Le modèle le plus répandu contient environ 1 litre, sa taille raisonnable facilite son installation  et l'autonomie qu'il procure est très suffisante pour la plupart des moteurs de cylindrée commune. Savez vous qu'avec 1 litre d'eau on fait environ 1886 litres de HHO ?
Pour un moteur de 2 litres, qui aurait besoin de 0.5 litres de HHO par minute ça fait, en théorie,  62 heures de fonctionnement. Bon, il faut enlever l'espace vide qu'on laisse au dessus de l'eau et rajouter le contenu du générateur et des tuyaux. Si on considère encore qu'il ne faut pas trop laisser descendre le niveau d'eau pour ne pas trop modifier le réglage, je dirais qu'on dispose d'environ les 2/3 de ces 62 heures, soit un peu plus de 41 heures. A vous de calculer ce que vous faites avec votre moteur en 41 heures. Si on prend le cas d'une automobile, ça fait 4100 km à 100 km/h.
Vous pouvez augmenter votre autonomie en utilisant un PWM, mais je vous parlerai de ça dans une autre lettre.
Si vous avez la place et le besoin, il peut être intéressant d'avoir un plus gros réservoir, on augmente l'autonomie, on augmente le pouvoir de refroidissement avec une masse d'eau plus grande. Le réglage est plus stable aussi:l'ampérage subira beaucoup plus lentement la variation causée par une baisse du niveau d'une plus grande quantité d'eau.
Mais la plupart du temps il est difficile de caser un rand réservoir quelque part. Sauf dans le cas des moteurs de bateaux, groupes électrogènes, et plus généralement tous les moteurs autour desquels il y a suffisamment de place pour installer des accessoires.

La matière :

De préférence en plastique! Là au moins vous êtes sur que l'électrolyte ne posera aucun problème. Evitez les métaux en général et plus particulièrement l'aluminium qui serait dévoré par l'électrolyte en quelques minutes...
L'acier inox 316L peut convenir mais attention à la matière employée pour les soudures, et attention surtout au prix ( aïe! )
Le verre est très bien, mais plus difficile d'y implémenter des raccords, et surtout il risque de se casser.
L'épaisseur et le type de plastique  sont un peu moins importants, mais bon si c'est épais et un peu costaud tant mieux quand même!

Les raccords :

En plastique, pour les mêmes raisons, et si possible avec la possibilité de les démonter et remonter pour modifier leur orientation en fonction de vos besoin.

Le bouchon :

Etanche..... ça paraît ridicule, mais j'ai déjà vu mettre des bouchons de lave-glace ou autre, qui ont un event, un petit trou quoi....!
Préférez aussi les bouchons équipés d'un joint.

Le tuyau plongeur:

Un bon réservoir a un tuyau plongeur. Ca réduit fortement la formation de mousse. Certains vendeurs appellent ça un bulleur.... ATTENTION : ça prête à confusion avec ce qui est réellement un bulleur ( rie à voir avec le réservoir ) et qui remplit plusieurs fonctions, dont la principale qui est d'éliminer les traces d'électrolytes contenus dans le gaz pour éviter les dépots corrosifs. Je vous parlerai de ça la prochaine fois.


Quelques conseils pratiques :

- Le fond du réservoir doit être situé plus haut que le point le plus haut de la dry cell. Si vous ne respectez pas ça, l'eau circule mal, et rend l'ampérage instable. Vous pouvez même vous trouver avec une eau qui ne circule pas du tout. C'est toujours la même eau qui est dans le générateur et il y a risque de surchauffe.

- Dans la même idée, attention au placement des tuyaux, évitez les montagnes Russes, qui peuvent créer une perte de charge et empêcher l'eau de circuler.

- Serrez des colliers sur les raccords.

- Après montage, vérifiez l'étanchéité du réservoir avec le système en fonctionnement. Pour ça vous pouvez vaporiser de l'eau savonneuse sur et sous le bouchon et sur les raccords. Si vous voyez des bulles se former, c'est que ça n'est pas étanche. Refaite votre étanchéité et recommencez.
Les problèmes d'étanchéité peuvent venir du fait que vous avez modifié l'orientation des raccords, que le joint du bouchon est mal positionné, que le col du réservoir ne présente pas une surface plate et ne se plaque pas bien au joint.
Pour les raccord filetés, en théorie, si vous les bougez, il faut refaire l'étanchéité. Donc les dévisser, les nettoyer, remettre votre produit d'étanchéité, et les revissez en vous arrêtant au point d'orientation qui vous convient, et ne plus les bouger.
Si vous utilisez du teflon, ne chargez pas trop ( 2 tours ), sous peine de faire éclater certains plastiques. ( et puis ça ne sert à rien! )

La prochaine fois je vous parlerai du bulleur qui est un organe important de votre kit.

A bientôt.

Christian.

 

 

 

notez que ce blog est en perpétuel mouvement avec des infos régulière ainsi que de nouvelle photos , n'hésitez pas a passer de temps en temps.

les réalisations perso étant expérimental , pensez a votre sécurité en prenant des mesures necessaire pour éviter les retours de flammes par un clapet anti retour et une sécurité électrique quand le moteur est arrèté .

Dany

 

 

 

 

 

 

Quelques vérités écologiquement incorrectes:

Le tableau suivant (adapté de La voiture à hydrogène- dosseir - La Recherche 357, 10/2002, 65) vous donne le rendement de différents moteurs, actuels et futurs, adaptés à l'automobile. Il comprend aussi, et c'est son intérêt, le rendement de la filière de production du combustible, ainsi que le rendement global "de l'extraction au mouvement de la voiture", notion que semblent ignorer nos écolos verdoyants...

 

 

 

Technologie

Injection essence

Diesel type TDI

Pile à H (électrolyse)

Pile à H (méthanol)

Hybride Diesel/electrique

Rendement moteur

20 %

25 %

50 %

50 %

39 %

Rendement filière de production

85 %

90 %

20 %

55 %

90 %

Rendement global

17 %

23 %

13 %

30 %

34 %

Partager cet article

commentaires

cure for snoring 17/03/2014

This sounds like a great idea to boost the fuel efficiency and power of engines. The presence of hydrogen generator ensures the complete combustion of fuel and results in the complete utilization of fuel. Thank you very much for this useful information!

bruno 01/04/2014

bonjour moi je cherche un fournisseur de pwm 40A 12v merci

alain 20/08/2014

Bonjour,

je viens juste apporter ma recherche pour un usage mon cher en composant:

au lieu d'un PWM avec lcd onéreux à plus de 100€, j'ai trouvé un simple régulateur sur Ebay (chinois ou singapour, sans importance) 6/12/24 volt-10A pour moins de 7$ et j'ai couplé avec un écran digital voltmètre/ampèremètre lcd pour moins de 10€ (voir lien ci-dessous).
Certes un peu plus de branchements à réaliser mais cela reste très simple et nettement plus abordable...

=> http://www.ebay.com/itm/New-100V-100A-DC-Digital-Voltmeter-Ammeter-LED-Amp-Volt-Meter-Current-Shunt-/291079963241?pt=LH_DefaultDomain_0&hash=item43c5b7c269

Si cela peut aider les moins fortunés comme moi!!!
Cordialement.

Didier33420 23/08/2014

Bonjour . Merci pour votre site . Vos explications m'ont permis de fabriquer ma première dry cell . Du vite fait !! Travailler l'inox c'est mon métier ! J'ai eu l'idée ( bonne ou mauvaise ? ) de pratiquer 5 trous de 10 mm en haut et en bas de mes plaques pour favoriser la circulation de l'eau . Mes deux plaques externes sont aussi en inox et j'ai soudé deux collecteurs en face de mes trous . J'ai ainsi une très bonne circulation . Les plaques ont une surface active de 92 cm² . Elles sont au nombre de 11 ( -nnnn+nnnn- ) alimentée en 12 volts /15 A le débit de hho est de 1,7 litres mn .Ces essais ont été fait sur une batterie de voiture . Demain , je branche ma dry cell sur mon poste à souder TIG . Il sort du 12 volts redressé avec une plage de réglage de 0 à 160 A . Ceci va me permettre de réaliser des mesures de débit avec plusieurs intensités . J'ai l'intention de fabriquer une grosse dry cell pour alimenter un chalumeau . Je fabrique aussi des béliers hydrauliques , on peut les voir ici : www.belier-inox.fr
Encore merci.
Didier

cosmotien 31/08/2014

Bonjour, je m'intéresse de loin à ce système depuis longtemps et j'ai décidé de m'y mettre pour améliorer la carburation de ma mercedes 190.
- une petite remarque: je ne fais ce système que pour cela : améliorer la carburation avec tout les avantages qui vont avec. Mais je ne cherche pas à supplémenter une partie importante du mélange air+essence car sinon mes neurones d'ancien étudiant en physique se mettent à tourner en rond.
en effet , je me dis que si on utilise le courant électrique produit par la rotation du moteur due à la consommation de carburant pour fabriquer un carburant: le mélange (2 H2 + O2) alors on tourne en rond à cause de la loi de conservation de l'énergie.
Donc ça ne peut-être utile de fabriquer du H2+O2 au delà du besoin d'amélioration du mélange qui rentre dans la chambre de combustion. Peut-être alors n'est -il pas besoin de produire bcp de H2+O2. Il faut trouver le point d'équilibre dans le débit de production du H2+O2 à partir duquel ça ne sert plus à rien d'en produire plus et même ça doit devenir contre-productif. (si dessous plus loin ) une question sur le branchement électrique avec ma mercedes.

Présentation

  • : Le blog de leblogdedany8
  • Le blog de leblogdedany8
  • : l'échange et le partage sont devenu incontournable aujourd'hui si nous voulons que les consciences évolue . ensemble avançons vers un monde plus propre . si vous n'avez pas les moyens d'avoir un véhicule neuf qui consomme peu alors redonnez une jeunesse à vos vieux moteurs . Dany
  • Contact

leblogdedany8

Recherche

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog